Blogue

EMPREINTE CARBONE
24 avril 2019  |  par Eudes Réthier  |  Technologies

Empreinte carbone des technologies de l’information


Empreinte carbone Le débat environnemental embrasse progressivement toutes les activités humaines, et la technologie n’y fait plus exception. Les consommateurs prennent conscience que la majorité des technologies qu’ils utilisent sont loin d’être propres. Les entreprises n’ont guère le choix de suivre cette prise de conscience. Quelle est l’empreinte carbone des TI de votre entreprise ?

 

Empreinte carboneCharbon, pétrole, automobile, industries polluantes : les cibles traditionnelles des mouvements écologistes avaient une forte présence physique qui illustraient les torts qu’elles causaient à l’environnement.

Au contraire, l’informatique et les télécommunications ont été longtemps considérées comme des moyens de réduire la pollution.

  • Empreinte carboneLes données numériques remplaçaient le papier. Plus besoin d’abattre autant d’arbres ni de transformer les pâtes en papier : les livres, journaux et magazines étaient progressivement remplacés par des bases de données, des sites web, des applications mobiles.
  • Empreinte carboneLes communications numériques remplaçaient des déplacements physiques souvent polluants : le courrier faisait place au courriel et à la messagerie instantanée, tandis que les vidéoconférences réduisaient le besoin de se déplacer pour se rencontrer.

Mais les environnementalistes ont progressivement réalisé que la technologie n’était pas aussi verte qu’on pouvait le penser.

 

Des appareils qui gaspillent les ressources naturelles

 

Empreinte carboneD’abord, les appareils électroniques sont bien des produits physiques. Leur fabrication exige des ressources considérables et, le plus souvent, non renouvelables.

Internet et la mobilité ont mis des téléphones intelligents dans les mains de plusieurs milliards d’individus qui, avant, ne possédaient pas d’ordinateur.

Fabriqués pour la plupart en Asie avant d’être exportés à travers le monde, ces appareils sont conçus pour être remplacés (le plus vite possible) par de nouvelles versions toujours plus puissantes.

Or, plus les appareils sont compacts, plus leur recyclage est complexe. Beaucoup sont envoyés dans des pays du tiers-monde où on les brûle pour en extraire les métaux précieux tels que l’or, l’argent et le bronze. Les vapeurs toxiques qui s’en dégagent causent de graves problèmes de santé aux alentours et contribuent à la pollution des cours d’eau.

Empreinte carboneD’autres appareils finissent simplement au dépotoir. Les métaux qui ont servi à leur fabrication – plomb, mercure, cadmium, nickel, lithium – y sont perdus à jamais ou s’infiltrent dans le sol.

La fabrication d’appareils électroniques donne donc lieu à un énorme gaspillage de ressources naturelles, avec des effets néfastes sur la santé et l’environnement.

 

D’immenses ressources énergétiques pour propulser les données

 

Empreinte carboneL’autre grosse tache noire sur la feuille verte des technologies est due à la consommation d’énergie.

Les serveurs et les équipements connexes exigent une alimentation électrique puissante et continue. Les installations informatiques doivent aussi être climatisées.

Les consommateurs qui téléchargent des films et des séries ou qui écoutent de la musique en continu n’en ont pas conscience, mais leur divertissement sollicite de nombreux serveurs pour propulser de gigantesques quantités de données.

De sorte que l’industrie des TI consomme, à elle seule, 7 % de l’électricité produite dans le monde.

Or, sauf dans des régions du monde privilégiées telles que le Québec, la majorité de l’électricité vient de sources non renouvelables.

Empreinte carboneRésultat : les centres de données génèrent déjà 2 % des émissions de gaz à effet de serre sur la planète, soit autant que le secteur de l’aviation !

Les serveurs qui « minent » en permanence pour créer des cryptomonnaies sont un contre-exemple de progrès environnemental. Certains s’inquiètent de la puissance de calcul qui sera requise lorsque l’intelligence artificielle se généralisera.

 

Comment réduire l’empreinte carbone des TI de l’entreprise

 

Sous la pression de groupes comme Greenpeace, les grands joueurs des technologies ont pris conscience du problème. Au cours des dix dernières années, plusieurs se sont engagés :

  • à réduire l’utilisation dans leurs produits de métaux rares et dangereux ;
  • à augmenter la part de composants recyclés dans leurs appareils ;
  • à privilégier les sources d’énergie renouvelables pour l’électricité qu’ils consomment.

Pour une PME, il peut sembler difficile d’imiter leur exemple.

Mais toute entreprise a quelques moyens à sa disposition pour réduire un peu l’empreinte écologique de ses technologies :

  • Empreinte carboneFavoriser des fournisseurs qui tirent leur électricité de sources renouvelables. Au Québec, c’est assez facile, puisque la grande majorité provient de l’hydroélectricité.
  • Empreinte carbonePrivilégier les fournisseurs qui font une utilisation efficiente de l’énergie. La Green Grid Association a popularisé le ratio de power-usage effectiveness (PUE). Il calcule le rapport entre la consommation totale d’énergie d’un centre de données, et sa consommation qui est directement allouée aux équipements informatiques. Plus le ratio est bas, moins le bâtiment gaspille de l’électricité en climatisation, en éclairage ou en chauffage. Chez les grands hébergeurs, qui font des efforts et bénéficient d’économies d’échelle, le ratio est habituellement entre 1,15 et 1,30. Demandez son ratio à votre fournisseur d’hébergement.
  • S’efforcer de recycler le matériel informatique désuet.
  • Se servir des technologies pour limiter les déplacements – par exemple, en favorisant le télétravail.

Malheureusement, les TI contribuent au réchauffement de la planète. Mais avec de bons partenaires, votre entreprise peut réduire son empreinte environnementale.

Forte d’une expérience de plus de 25 ans dans le monde des technologies de l’information, GTI CANADA offre des services d’infogérance, de conseils en technologie et de cybersécurité conçus pour répondre aux besoins des PME.

Pour en savoir plus, contactez-nous !